prototypes et concept-cars :
   Audi
   BMW
   Chrysler
   Citroen
   Fiat
   Jaguar
   Matra
   Mercedes-Benz
   Mitsubishi
   Peugeot
   Renault
   Volkswagen
esquisses
actualité :
   F1
   Salon de Paris 2002
liens
contactez-nous
Sponsors :

Votre site ici

09/06/2002 : grand prix du Canada, circuit de Montreal

      Le temps est superbe pour ce Grand Prix du Canada, qui comportera 70 tours, un de plus que l'an passé après les modifications apportées au circuit. Le soleil est présent malgré quelques nuages d'altitude, la température est de 24°C dans l'air, 34°C sur la piste. Une chaleur bienvenue pour les pilotes équipés en pneus Michelin, dont on sait que les pneus marchent mieux dans ces conditions. Dans la perspective d'une lutte Williams ? Ferrari, tout cela est de bon augure. Quinze minutes avant le départ, tous les pilotes se sont installés normalement sur la grille de départ.

      Au feu vert à 13h, le départ du tour de formation est donné, les 22 monoplaces s'élancent sans problèmes et reviennent se placer deux minutes plus tard sur la grille. Les feux rouges s'allument? et s'éteignent ! C'est le départ, bonne mise en action de Montoya et Barrichello qui prennent le meilleur sur Schumacher, Raikkonen, Ralf et Coulthard, Heidfeld et Fisichella. A la fin du 1er tour, Barrichello passe Montoya et prend la tête ! De la Rosa a la roue avant droite endommagée, suite à une collision avec McNish, il rentre aux stands pour réparer.

      A la fin du 2ème tour, la Jordan de Sato double la Sauber de Massa pour la 14ème place. A l'avant, Barrichello dispose d'une grosse seconde d'avance sur Montoya qui en compte lui deux d'avance sur Schumacher. Bernoldi réussit à doubler Irvine, Sato semble très rapide et léger en essence. Il y a des stratégies différentes dans l'air, la majorité optera normalement pour un arrêt.

      Dans le 6ème tour, Salo passe facilement Villeneuve à l'épingle du Casino pour la 11ème place alors que Sato se débarrasse lui de l'autre BAR, celle de Panis. A l'avant Barrichello fait le forcing et multiplie les meilleurs tours. Il compte maintenant trois secondes d'avance. Les bagarres sont superbes et multiples, à tous les étages. Les loupés à la dernière chicane sont légion mais tous les pilotes qui tirent droit font attention de ne pas en tirer parti avec un gain de temps.

      Au 8ème tour, Jacques Villeneuve abandonne à l'entrée de la ligne droite principale, visiblement en panne mécanique. C'est fini pour son Grand Prix national. Bernoldi réussit à passer Panis, court circuitant la chicane : il se replace bien derrière le Français mais trop bien, aspiré, il passe? ce qu'il n'aurait pas réussi à faire normalement puisqu'il s'était loupé à l'entrée de la chicane. Les commissaires vont certainement étudier son cas.

      Au 12ème tour, Barrichello signe encore un meilleur tour en 1.17.139. La monoplace de Villeneuve est mal placée, toujours pas dégagée de la piste. La safety-car va-t-elle sortir pour permettre aux commissaires d'intervenir ? Barrichello poursuit lui son effort en 1.16.947. Derrière, Montoya et Schumacher sont progressivement distancés de 4 et 8 secondes. Ca y est c'est décidé : après 14 tours, la voiture de sécurité entre en piste, Montoya en profite tout de suite pour s'arrêter et ravitailler. Il repart devant David Coulthard, en 5ème position, cela semble très bien joué. Sato fait la même chose.

      Au 15ème tour c'est Bernoldi qui ravitaille. Il se relance après 11 secondes mais plus loin il semble connaître un problème de roue arrière droite. Il rentre à nouveau au tour suivant alors que la voiture de sécurité va s'effacer après 3 tours, afin de faire changer son pneu. Un nouveau départ est donné au 17ème tour. Barrichello mène devant Schumacher, Raikkonen, Ralf, Montoya, Coulthard, Heidfeld, Fisichella et les deux Renault de Trulli et Button.

      Bernoldi rentre à nouveau, c'est fini pour lui. Au 18ème tour, Raikkonen fait un faux pas à la chicane et emporte Ralf derrière ce qui profite à Montoya qui les passe tous les deux au freinage du premier virage ! Ralf met maintenant la pression sur Raikkonen alors que les deux Ferrari comptent 6 secondes d'avance sur la Williams de Montoya. Rubens signe un nouveau meilleur tour au 20ème passage en 1.16.600... puis 1.16.100. Michael ne suit pas ce rythme, la stratégie des deux Rouges doit être différente.

      Les tours suivants sont plus calmes, les Ferrari se ménageant une avance de 13 secondes sur Montoya après 25 tours. Rubens continue aussi à creuser son écart sur Michael, avec 4 secondes maintenant. Salo s'arrête et ravitaille. Un tour après c'est au tour de Barrichello de ravitailler, il repart derrière Coulthard, en 6ème place. Mika Salo rentre à nouveau, victime d'un problème. Schumacher est en tête avec 13 secondes d'avance sur Montoya et 16 sur Raikkonen et Ralf.

      Michael est maintenant dans sa phase d'attaque et tourne une seconde à une seconde et demie plus vite que Montoya. Au 30ème tour, Frentzen ravitaille et Schumacher prend le meilleur tour en 1.16.052. Au 31ème tour, Salo prend une pénalité drive through pour excès de vitesse dans les stands alors que De la Rosa abandonne sur le côté de la piste, au fond du circuit. Dans son 35ème tour, soit à la mi-course, Michael a plus de 20 secondes d'avance sur Montoya. Il aligne des tours d'une régularité fabuleuse en 1.16.1 ou 1.16.2.

      Button est le premier à lancer la vague de ceux qui s'arrêtent une seule fois, au 37ème tour. Schumacher poursuit toujours son attaque avec un meilleur tour en 1.15.971, Montoya est relégué à 24 secondes. Michael s'arrête en 11 secondes, Montoya passe devant mais pas Raikkonen et Ralf. Que va faire Montoya vu qu'il s'est arrêté très tôt ? Il serait étonnant que Williams ait rempli son réservoir à fond au 15ème tour et qu'il en fasse 55 sans changer de pneus. Mais qui sait avec les Michelin ?

      Les quatre premiers sont regroupés en cinq secondes mais tout reste encore à faire. Irvine passe par les stands au 41ème tour mais il semble mécontent après les mécanos de Jaguar ne sont pas prêts. Il abandonnera sur casse moteur deux tours plus tard. Panis est 9ème, il effectue son ravitaillement sans souci. Ralf s'arrête au 42ème tour mais les mécanos ont un souci avec le tuyau de ravitaillement, et doivent changer de machine. Il perd plus de 20 secondes au stand. Les problèmes ne s'arrêtent pas là puisque McNish a des problèmes d'embrayage et cale lors de son arrêt. Il se relance, roues arrières en action avant d'être posé au sol. Salo abandonne, à cause d'une crevaison à première vue.

      C'est la panique chez Williams. Ralf doit repasser par son garage remettre du carburant. Encore 10 secondes de perdues? Raikkonen s'arrête lui au 45ème tour, tout comme Fisichella. Montoya dispose de 8 secondes d'avance sur Schumacher, 11 sur Coulthard, 15 sur Barrichello. Ralf a chuté à la 10ème place. Coulthard est le seul à ne pas s'être arrêté encore. Au 47ème passage, McNish part en tête à queue à cause de sa boîte de vitesses. C'est l'abandon pour lui. Coulthard s'arrête enfin alors qu'il reste 21 tours.

      David ressort d'un souffle devant son équipier, à la 4ème place. Montoya signe le meilleur tour en 1.15.960 avant de s'arrêter pour son deuxième arrêt au 50ème tour. Il ressort en 3ème position à 8 secondes derrière Schumacher et Barrichello mais devant Coulthard et Raikkonen. Heidfeld effectue une pénalité de 10 secondes stop and go pour vitesse excessive dans les stands. Rubens est revenu dans les roues de Michael puisqu'il est plus léger en essence. Derrière Montoya fait le forcing pour revenir sur Schumacher puisque Rubens va devoir s'arrêter.. ce qu'il fait au 54ème tour. Juan-Pablo est revenu à 6 secondes de la tête, Rubens repart 4ème juste derrière Coulthard. Raikkonen est 5ème, Fisichella 6ème devant Trulli et Ralf. Il reste une quinzaine de tours, tout peut encore se produire !

      Michael commence à sentir la pression et relance l'attaque. Il porte l'écart à 7 secondes mais nous serons privés d'un combat puisque le BMW de Montoya cède dans le 56ème tour. Après la casse de Monaco, BMW va devoir revoir sérieusement sa copie. Schumacher relâche la pression de deux secondes au tour, Coulthard étant à 20 secondes, suivi comme son ombre par Barrichello. Ralf est remonté à la 7ème place, à la porte de la 6ème s'il peut passer Trulli dans les onze tours qui restent.

      Kimi Raikkonen est toujours 4ème mais il est assez lent, il semble connaître des soucis car il est trop tôt pour assurer. Au 59ème tour, Barrichello porte une estocade sur Coulthard mais ça ne passe pas et les deux pilotes tirent tout droit au freinage de la dernière chicane. Rien n'est fini dans cette bataille pour la deuxième place. Tout comme Trulli et Ralf qui se livrent un duel formidable. Raikkonen a lui retrouvé un rythme plus conforme au niveau de sa McLaren? Fisichella n'est qu'à 5 secondes derrière avec 7 tours restant à couvrir.

      A 3 tours de l'arrivée, Button abandonne alors qu'il était 11ème. Ralf fait une erreur au premier freinage. Il se récupère mais Trulli a pris du champ. Il n'y aura pas de point pour Ralf qui cassera son moteur juste après la ligne. Michael gagne la course, sa 59ème et la 150ème de Ferrari, en ayant fortement assuré (à moins d'un problème de boîte de vitesses sur la fin, à confirmer) puisqu'il ne gagne qu'avec une seconde d'avance sur Coulthard. Rubens complète le podium. Raikkonen est 4ème, Fisichella 5ème et Trulli 6ème.

actualité de la F1