prototypes et concept-cars :
   Audi
   BMW
   Chrysler
   Citroen
   Fiat
   Jaguar
   Matra
   Mercedes-Benz
   Mitsubishi
   Peugeot
   Renault
   Volkswagen
esquisses
actualité :
   F1
   Salon de Paris 2002
liens
contactez-nous
Sponsors :

Votre site ici

13/05/2002 : grand prix d'Autriche, circuit de A1-Ring

      Le Grand Prix d'Autriche apporte enfin son lot d'incertitudes puisque à quelques minutes du départ de gros nuages menacent. Les organisateurs prévoient 30% de chance (ou de risque, c'est selon?) de pluie pour ce Grand Prix. En attendant tous les pilotes se sont alignés sur la grille de départ et le début de ce Grand Prix sera quoi qu'il arrive donné sur une piste sèche. Un orage et une averse sont déclarés au fond de la vallée, à quelques kilomètres du circuit. Les montagnes protègeront-elles le circuit ? C'est la grande question de cette course de 71 tours qui promet d'être passionnante avec une hiérarchie très resserrée et inhabituelle.

      Le tour de formation se passe sans encombre, les Minardi ayant un peu de mal à décoller. Les pilotes viennent se replacer sur la grille. Les cinq feux rouges s'allument? et puis s'éteignent, c'est le départ ! Rubens garde sa place et Michael passe son frère. Heidfeld tire les marrons du feu et se place 3ème. Au premier virage Massa doit sortir large, il perd des places. Au second freinage, Villeneuve et Frentzen s'accrochent légèrement, ils perdent également de nombreuses places.

      Avant la fin du premier tour, Heidfeld commet une faute et doit laisser passer les deux Williams de Ralf et Montoya. De la Rosa est au ralenti alors que Bernoldi passe par les stands.. il abandonne. Mika Salo est bien parti aussi, il est 8ème. Au 4ème tour Villeneuve tente de passer Trulli mais il est trop long au freinage, l'Italien le repasse. A l'avant Barrichello et Schumacher s'échappent déjà, Ralf est déjà 7 secondes ! Au 5ème passage, Rubens est en 1.10.870, le meilleur tour en course provisoire.

      Rien ne s'arrange chez McLaren. Un week-end anonyme et Kimi Raikonen, 7ème, voit son moteur exploser dans le 6ème tour. C'est l'abandon pour lui. Villeneuve réussit lui à passer Jarno Trulli, il va maintenant s'attaquer à Allan McNish qu'il passera quelques instants plus tard. 7ème tour : meilleur tour pour Schumacher en 1.10.728. Felipe Massa est aux stands, il a un problème du côté de la suspension arrière gauche, c'est l'abandon.

      Une seconde et demie au tour, c'est l'avantage de la F2002 sur la Williams, impressionnant? Villeneuve fait toujours le spectacle et il se défait de Fisichella pour la 9ème place. Barrichello et Schumacher font leur course, avec huit dixièmes d'écart. 1.10.142, nouveau meilleur tour au 11ème passage pour Barrichello. Ralf est à 19 secondes, Montoya à 25, Heidfeld à 30. Au 14ème tour, Schumacher améliore en 1.09.914 et les deux Ferrari passent Yoong, déjà à un tour. Le rythme de tête est écoeurant pour tous les concurrents. Et Jacques Villeneuve continue son festival en passant Button pour la 8ème place. Les prochains visés sont Salo et Coulthard qui roulent de concert.

      Au 16ème tour, Frentzen fait un tête à queue dans le dernier virage, il repart dernier juste derrière Yoong. Quatre tours plus tard, Villeneuve trouve l'ouverture sur son copain Mika Salo et le passe. Le voilà maintenant 7ème. Rubens signe le record du tour en 1.09.896. Alex Yoong fait une petite figure mais il repart, il est dernier. Au 23ème tour, Michael signe 1.09.590, Rubens 1.09.665. Rebondissement de taille : Panis part en toupie en ligne droite, un blocage des roues suite à une casse. Il n'y a eu aucune autre solution que de sortir le safety car et Villeneuve se précipite dans les stands ainsi que Barrichello, Schumacher et Sato. Voilà l'avantage des Ferrari réduit à néant.

      Rubens et Michael s'arrêtent en même temps, l'Allemand devant attendre derrière le Brésilien. Mais pour éviter de perdre du temps derrière le safety-car, c'était la seule solution pour Schumacher. Ils ressortent avec 10 secondes d'écart du coup et Ralf passe deuxième. Au 25ème tour, les positions sont enfin établies. Rubens mène devant Ralf, Schumacher, Montoya, Heidfeld, Coulthard, Salo, Button, Fisichella, McNish, Trulli, Villeneuve et Irvine. A un tour il y a derrière Webber, Frentzen Sato et Yoong. Le nouveau départ sera donné au 27ème tour. Devant tout se passe bien, Heidfeld sort au second freinage (un problème de freins ?) et se met à l'envers, passe de justesse (à quelques millimètres !) devant Montoya et percute violemment Sato. Le safety car est de nouveau en piste. Takuma Sato reste dans sa voiture, le docteur Sid Watkins s'approche de lui. Nick est derrière le rail de sécurité, pétrifié? Il semble également avoir mal aux jambes. Takuma est enfin sorti de sa voiture au 31ème tour, maintenu immobilisé sur une civière. Il est transféré dans une ambulance qui part pour le centre médical du circuit.

      Trulli, Villeneuve (encore), Yoong, Irvine, Webber, Fisichella et Button passent par les stands pendant cette période de safety car. Les pilotes ont déjà fait quatre. Salo, McNish (qui cale) et Frentzen ravitailleront aussi ainsi qu'Irvine, une deuxième fois. Seules les Williams n'ont pas ravitaillé. Le classement au 34ème tour est Barrichello, Ralf, Schumacher, Montoya, Coulthard, Fisichella, Villeneuve, Trulli, Button, Irvine, Salo et McNish. A un tour on trouve Yoong, Webber et Frentzen. Il reste 15 pilotes en course. La course repart au 36ème tour, juste à la mi-course.

      Barrichello en profite pour s'échapper un peu, Michael étant retenu par son petit frère. Irvine a visiblement des soucis et il repasse encore par les stands au 39ème tour, cette fois pour abandonner. Montoya n'arrive pas à suivre le rythme, quant à Coulthard il subit la forte pression de Villeneuve? qui passe au 40ème tour ! Les Williams sont plus rapides que dans la première partie de la course, avec des pneus usés et moins d'essence que les Ferrari. Du coup Rubens ne peut creuser un gros avantage.

      45ème tour, deux casses simultanées ! Trulli doit abandonner sa Renault, dans une très mauvaise position (à l'intérieur du premier virage) mais elle sera vite dégagée. Quant à Alex Yoong son moteur explose en ligne droite et il range sa Minardi sur l'herbe. Il reste 12 pilotes. Fisichella passe Coulthard et le chasse hors des points. Mark Webber n'ayant pas respecté un drapeau bleu, il est pénalisé par un Drive Through (passage par les stands sans arrêt). Au 47ème tour Ralf ravitaille enfin, il repart 5ème derrière Montoya et Villeneuve. A l'avant Barrichello et Schumacher sont séparés de 3.7 secondes.

      Soulagement dans le paddock, tout va bien pour Takuma Sato. Il va bien, il s'est mis assis et il parle nous indique l'écurie Jordan. Montoya ravitaille au 51ème tour ce qui laisse Villeneuve en 3ème position ! Juan Pablo repart devant Ralf, ils sont 4ème et 5ème. Troisième arrêt au 53ème tour pour Villeneuve, il perd le bénéfice de toute sa belle course par une stratégie très bizarre. Il repart derrière Button, 8ème.

      La course est débridée chez Ferrari, c'est une superbe lutte et Michael grapille dixième par dixième avec le meilleur tour pour lui au 55ème passage en 1.09.408. Barrichello réplique en 1.09.320, l'écart repasse à 4.3 secondes. Derrière les Williams sont à plus de 40 secondes et les Toyota sont maintenant à un tour.

      Le deuxième arrêt de Rubens aura lieu au 60ème tour, en 6.2 secondes, très tardif à cause du safety car. Il repart deuxième mais Michael s'arrête au tour suivant en 6.4 secondes. Les positions sont retrouvées, toujours avec quatre secondes de retard pour Schumacher sur Barrichello. Au fur et à mesure des tours l'écart se réduit un peu, il ne reste plus que 2.5 secondes à 3 tours de l'arrivée, Schumacher signant 1.09.298. 1.7 seconde à 2 tours puis une seconde? Les consignes sont apparemment passées? Et c'est Schumacher qui gagne ! Barrichello se contentera de la deuxième place, Montoya est troisième, Ralf est quatrième, Fisichella 5ème et Coulthard 6ème. Finissent derrière Button, Salo, McNish, Villeneuve, Frentzen, Webber. Jacques n'a pas fini, il abandonne dans le dernier tour et perd deux places. Il sera classé tout de même 10ème.

      Avec une telle domination de Ferrari, Schumacher n'avait pas besoin de ça. Ferrari se fait siffler copieusement tout le long de la cérémonie. Il n'y a rien de plus à dire, le sport n'en sortira pas grandi. Barrichello est le vainqueur moral de cette course, Schumacher semble mécontent aussi, il laisse la place à Barrichello sur la première marche du podium.

actualité de la F1